Émission Au bout des droits – production Savoir média

Émission Au bout des droits – production Savoir média

Mieux comprendre le fonctionnement de la société, ses règles et ses lois, ça peut se faire dans le plaisir! Isabelle Marjorie Tremblay anime avec sourire et empathie Au bout des droits, le nouveau magazine juridique de Savoir média, qui dévoile le visage concret et quotidien du droit, une histoire vraie à la fois. Une série où la loi est bien plus qu’expliquée : elle nous est racontée par les citoyens et citoyennes et des juristes expert.e.s dans tous les domaines du droit.

L’aéroport, ce microcosme fascinant

L’aéroport, ce microcosme fascinant

Hanoï. Vietnam. Avril 2016

Quatre heures d’attente inspirantes en solo à l’aéroport d’Hanoï au Vietnam.

IMG_8140

J’observe. J’ai dû voir des dizaines même des centaines d’aéroports dans le monde. Pour un aéroport international, je suis marquée par le calme qui s’impose. L’espace. Le civisme de chacun. Malgré les craintes manifestées par mes proches (une femme seule ouh !), prendre un vol interne au Vietnam est sécuritaire, tout à fait normal, agréable même, sauf… pour les retards de vols. Et comme dans tous les aéroports ; pas grand chose à faire sauf poser notre regard sur la vie qui y grouille. En fait, ce n’est pas rien.

C’est tout.

On dit d’Hanoï qu’elle est la plus pittoresque et exotique capitale de l’Asie du Sud-Est. Mais l’aéroport, à 30 minutes en voiture du centre, est moderne et brille comme un lustre fraîchement nettoyé. On est  à 1 000 lieux du chaos de la vieille ville de Hanoï, Hoan Kiem, où se trouvait mon hôtel.

Mon vol direction Hôi An a du retard! Et pas seulement 30 minutes. Quatre heures ! Me voilà face à cet imprévu qui me saisit et me force à m’arrêter.

Quatre heures en suspens, quelque part au Vietnam. Du travail à faire. Mais surtout l’envie d’apprécier ce microcosme, cette image réduite du monde.

IMG_8126.JPG

Ici, nous avons en commun avec notre voisin des jeans, un téléphone cellulaire et des roulettes sous une valise. Mais au delà de cela, les différences culturelles fourmillent. C’est ce qui m’a toujours captivé. Même dans notre propre culture : chaque être porte en soi une histoire propre, des amis, des parents, des joies, des peines, des amours déchus, des souvenirs, des deuils et grandes joies. Imaginez quand ces 2 voisins de sièges ou d’aéroport viennent de pays et cultures si différentes ?

La planète est éclectique. Chargée d’histoires fascinantes, d’humains bouillonnants parfois en secret. Tous ces gens se côtoient. Souvent dans la plus grande superficialité

Comme dans un aéroport.

Sur le plancher blanc reluisant de l’aéroport international de Hanoï où je suis en ce moment, se posent les pieds des gens des 100 coins du monde. Comme dans tous les aéroports, chaque voyageur vague à ses affaires, discute, lit ou fixe son téléphone. Et pour une observatrice dont la tête ne peut cesser d’analyser et scruter les moindres détails, le spectacle aéroportuaire est tout sauf monotone.

 

Je vois 2 jeunes bourlingueuses américaines bronzées, sac au dos, le regard un peu hagard, décoiffées par tant d’humidité, dont j’ai beaucoup de mal à saisir une quelconque trace de féminité. Des vietnamiennes au visage poudrée, désireuses d’avoir le teint le plus blanc possible. J’aperçois un groupe bruyant d’étudiants chinois excités de ce voyage scolaire, chantant très fort en faisant la file. J’entends parler japonais, suédois, anglais, espagnol (pas français !). Puis, je vois un moine bouddhiste, le nez dans ses papiers. Même les humains les plus spirituels, ceux dont la vie matérielle n’est que secondaire doivent retrouver leur carte d’embarquement et passer par la sécurité, avec l’inquiétude de faire sonner le détecteur. Plus loin, un groupe d’adolescentes chinoises, on dirait 10 jumelles à mes yeux. Deux voyageuses britanniques dans la cinquantaine, rieuses, viennent m’offrir une bouteille de vodka ! Elles ont oublié de le mettre dans leur valise, le check in est fait et voilà qu’elles cherchent quelqu’un à qui la donner. Elles pouffent de rire (moi aussi!), se retournent et arrêtent d’autres passants à qui donner la vodka!

Les voyages, c’est cela !

Des situations imprévues, absurdes, des éclats de rire, des histoires à raconter, des segments de vie décousus, surprenants, des images nouvelles, des certitudes et préjugés ébranlés. Je regarde les familles vietnamiennes faire la file. Moi qui trouvais que les familles suédoises étaient calmes (lors d’un voyage précédent) et que les parents ne montaient pas le ton, les vietnamiens sont impressionnants à cet égard! Pas un enfant qui pleure, pas un parent qui crie.

IMG_8139.JPG

Je suis au Vietnam. Vraiment? Je bois un café latte biologique, avec une excellente connexion wifi. À coté de moi, une vietnamienne âgée savoure une soupe pour déjeuner. Personne ne m’a demandée de consommer plus. Je m’octroie le temps, je me donne le droit d’être témoin du temps qui passe et de la beauté de notre monde diversifié. Là, au moment présent. Petite québécoise que je suis satisfaisant mon insatiable curiosité.

À l’autre bout de la planète. Avec cette impression que je suis aussi bien à ma place. Un peu chez moi ici, au Vietnam. À 12 630 kilomètres de ma maison et de mes proches à qui je pense d’un amour débordant.

 Et vous, les aéroports vous inspirent-ils aussi ?

IMG_8132.JPG

Les secrets du Porto

Les secrets du Porto

Le Portugal est un pays moins connu des Québécois, et pourtant, c’est la destination à ne pas manquer en Europe en ce moment ! Les prix sont plus raisonnables, les gens sont accueillants et on se régale coté bouffe et vin. Bien sûr, amateur de Porto… vous serez ravis d’aller faire un tour dans la spectaculaire Vallée du Douro.

Voici « Les secrets du Porto », article écrit dans le Huffington Post Québec, suite à un voyage inoubliable au Portugal, offert par Vacances Transat, auquel j’ai participé à l’automne 2013.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/12/24/les-secrets-du-porto_n_4151180.html

Doha : le luxe à la pelle

Doha : le luxe à la pelle

 

10401468_10152634447326696_4394688276085574611_n

 

Invitée par Qatar Airways, j’ai eu la chance de me rendre au Qatar et à Oman en décembre 2014, à bord des magnifiques appareils de cette prestigieuse compagnie aérienne. Bilan de notre visite de Doha, ville unique et particulière, dans un récent article paru dans le Huffington Post Québec.

Mon article se découvrira via ce lien :

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/12/11/doha–le-luxe-a-la-pelle-_n_6312260.html

TRACES, un spectacle de cirque explosif signé « Les 7 doigts de la main » à la TOHU

TRACES, un spectacle de cirque explosif signé « Les 7 doigts de la main » à la TOHU

C’est avec un immense plaisir que j’ai assisté en famille, au spectacle TRACES du collectif québécois « Les 7 doigts de la main » présenté à la TOHU hier soir. Accompagnée de mes 2 enfants de 3 ans et 7 ans, je ne pensais pas avoir la chance de rester assise les 90 minutes que dure le spectacle. Mais les petits ont été si captivés que j’ai réellement profité de ce moment divertissant et reposant…  combiné à des sensations fortes et une dose d’adrénaline bien sentie malgré mon immobilité!

Numéro de cerceaux chinois. Photo : @La Tohu.

Sur le site de la TOHU, on apprend que la première officielle du spectacle a eu lieu en 2006 à la Tohu et que depuis, TRACES a été présenté 1500 fois à travers le monde ! La compagnie décrit l’histoire ainsi: (que je n’avais pas saisi d’emblée pendant le spectacle… est-ce si important?) :

« Alors qu’un désastre se profile à l’extérieur, sept jeunes hommes et jeunes femmes se rassemblent pour vivre ce qui pourrait être leurs derniers instants, faisant de la création le seul antidote à la destruction.Portés par l’impulsion des sans lendemain, ils osent exprimer chacun de leurs désirs à travers la musique, le chant, le dessin et des acrobaties de haute voltige.Chaque mot, chaque geste, chaque respiration sont des moyens pour eux de laisser leurs traces… »

Le spectateur ressent assurément une tension, un sentiment d’urgence qu’un événement grave se murmure en toile de fond. Quelque chose se passe, et vite, il faut se donner à fond avant le dernier souffle, le dernier regard!  Des corps agiles, forts, des gestes parfaitement contrôlés, des sauts d’oiseaux fabuleux… Et surtout des risques. Coup de coeur pour les prouesses lors de la Roue Cyr (anneau métallique dans lequel évolue l’acrobate), de la planche sautoir et des cerceaux chinois (cerceaux superposés dans lesquels les acrobates se lancent). On retient notre souffle!

J’observais ces acrobates (6 garçons et une fille) et j’étais figée d’admiration. Le plaisir de maîtriser un corps qu’on travaille depuis des années, la fierté de pouvoir exploiter ses limites, la bonheur de se lancer dans le ciel en contrôle et de voler auprès de ses acolytes… J’avais l’impression de voir se dessiner dans les airs des traits marqués par les artistes, tels des coups de crayons rapides laissés par des corps.

La maîtrise des acrobates, qui dansent tous et jouent également du piano, est fascinante. Du bonbon pour les yeux. Et une envie soudaine de me remettre en forme :-)…

Pour des billets, on passe par le site de la TOHU. 

Des représentations supplémentaires du temps des fêtes ont été ajoutées les 2, 3 et 4 janvier 2013.